Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 07:22

De l'autre côté de la rivière Sibylla Après "Les Romanichels", je me réjouissais de découvrir le nouveau bébé d'Edmée de Xhavée, auteur talentueux des éditions Chloé des Lys. Ce roman a un point commun avec "T'as qu'à leur dire !", le livre de Patrice Macel présenté dans ma précédente fiche de lecture : l'évocation de la famille et de la complexité des relations entre ses membres. Mais "De l'autre côté de la rivière, Sibylla" a pour cadre, non pas la simplicité du milieu rural, mais la rigidité de la bourgeoisie.
C'est donc une histoire familiale que nous livre l'auteur à travers Sibylla, sa  narratrice. Cette gouvernante, en charge d'Emma et de Jean, orphelins de leur mère, nous relate leur parcours semé d'embûches, en dressant au passage le portrait  de leurs proches.
Une mère qui a abandonné le domicile conjugal pour suivre son amant et qui est retrouvée assassinée dans un hôtel, un père dépossédé de ses enfants par sa belle-famille et c'est le destin d'Emma et de Jean qui bascule... Récupérés par des grands-parents pétris de conventions et une tante froide, aigrie et sournoise, c'est seulement auprès de Sibylla que les deux petits trouveront chaleur humaine et réconfort. Voici comment cette dernière décrit sa première entrevue avec ses futurs protégés  :
"Lui, il est entré dans mon coeur comme une flèche d'or. Il fermait l'oeil gauche parce que malgré la pluie la lumière lui blessait la vue. Puis il vit Beertje et d'un peu inquiète son expression passa au ravissement. Il sourit et une fossette apparut sur sa joue gauche. Il trottina jusqu'à Beertje sur ses jambes maigres aux genoux saillants et s'agenouilla, son manteau gris s'entr'ouvrant sur ses culottes courtes. "MiaEdmée de Xhavée 2ou ! Miaou !" chantonnait-il tout heureux, tandis que le chaton, flatté de cette attention, lui mordillait le doigt." 
"Je n'avais pas encore prêté grande attention à Emma, qui avait un peu plus de cinq ans. Elle observait tout, le visage grave, rigidement assise dans une robe bleu foncé à col Claudine blanc qui lui donnait l'air d'une orpheline. Ses cheveux étaient raides et tenus par un ruban également bleu foncé qui n'allait pas avec leur teinte. Elle analysait tout d'une façon presque rusée. Je voyais qu'elle essayait de comprendre où mon coeur allait m'emporter, vers les adultes ou eux, les enfants ?"
L'adolescence puis la vie d'adulte ne seront pas roses non plus, mais Sibylla veillera toujours, de près ou de loin...
La plume accomplie d'Edmée atteint des sommets, elle nous emporte dans le tourbillon de vies malmenées qui finiront par trouver la sérénité.
Le prochain livre de cet auteur est déjà annoncé et je ne pourrai pas résister, il me le faudra aussi ! En attendant, laissez-vous tenter par, "De l'autre côté de la rivière, Sibylla", vous ne le regretterez pas.     
 
                       Le blog de l'auteur : http://edmee.de.xhavee.over-blog.com/

Repost 0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 04:53

Après la balade en barque, nous avons visité le monastère de Paleokastritsa, érigé par les Byzantins en 1228, mais reconstruit au XVIIIe siècle.
Environ 97 % des Grecs sont  Chrétiens Orthodoxes. Parmi tous les renseignements fournis par notre guide sur cette religion, j'ai essentiellement retenu que le prénom des enfants est attribué, non pas à la naissance mais au moment du baptême. Ils héritent du prénom de leurs aïeux, celui du grand-père pour le premier garçon de la famille, celui de la grand-mère, pour la première fille. D'ici là, on les appelle "bébé" ou on les affuble de sobriquets affectueux.
PIC 0142PIC 0155PIC 0154PIC 0156PIC 0158PIC 0148

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 07:57

A 25 kilomètres au nord-ouest de Corfou se trouve Paleokastritsa, un des plus beaux sites de l'île. La ville est construite au bord de plusieurs criques entourées de falaises et de grottes. Pour les découvrir, nous avons embarqué dans un petit bateau. Dans les grottes, nous avons assisté au déjeuner des poissons et découvert les couleurs chatoyantes des fonds marins.PIC 0101PIC 0096PIC 0114PIC 0121PIC 0132PIC 0103PIC 0116

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 16:54

Cet étonnant jardin, peuplé de personnages taillés dans le buis, est à découvrir dans le village de Vix en Vendée.PIC 0769PIC 0767PIC 0771PIC 0770

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 07:57

Premières photos de mon séjour dans l'île de Corfou avant d'autres avec des commentaires sur mes différentes excursions.PIC 0019PIC 0026bisPIC 0089PIC 0118PIC 0160PIC 0164PIC 0165PIC 0170PIC 0413

PIC 0420

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 05:36

Patrice MacelT'as qu'à leur dire, qui a déjà à son actif six romans, est un auteur meusien que je côtoie lors des salons auxquels je participe, en Meuse ou dans les autres départements lorrains. Profondément attaché à ses racines, il évoque sa terre natale dans tous ses livres. J'avais déjà lu et apprécié "Les fenêtres" et je viens de découvrir "T'as qu'à leur dire !" qui m'a également fait passer un excellent moment de lecture.
L'histoire se passe dans les années soixante-dix et a pour cadre une ferme familiale. Rosa, veuve de soixante-quatorze ans, y vit seule avec son chat Pinpin et supporte mal d'être délaissée par ses trois enfants. Heureusement, elle peut compter sur son amie Constance pour lui remonter le moral.
Habituée à une vie rude, sans confort, Rosa va tout de même un jour se résoudre à améliorer son quotidien, en suivant les conseils de son amie.
Elle commence par engager un retraité pour de menus travaux puis entreprend de rénover entièrement sa demeure : toiture neuve, ravalement de façade, installation d'une nouvelle cuisine et du chauffage central, aménagement d'un jardin paysagé... Plus rien ne semble arrêter la vieille dame qui décidPatrice Macele aussi de renouveler sa garde-robe et de s'offrir un voyage en Egypte avec Constance. Ce nouveau train de vie ne manque pas de faire jaser  dans le village. Et comme prévu par Constance, les enfants de Rosa, inquiets de voir leur mère dépenser subitement sans compter, se manifestent enfin.
J'ai aimé ce livre pour différentes raisons : tout d'abord parce qu'il est truffé de dialogues drôles et savoureux, comme en témoignent les deux extraits ci-dessous :
" - Tu crois qu'il y aurait l'autre saloperie de Cricri ? commence Rosa.
  - La grosse ? Tu penses ! Bien sûr qu'elle y serait, cette peste. Rien que pour s'assurer qu'on est bien passées à trépas, elle viendrait, rétorque Constance. Et pis, je l'ai croisée hier matin, t'aurais vu comme elle était nippée ! Un vrai sac à patates !"
" - Bon allez, ce coup-ci, j'te laisse car j'veux rentrer avant qu'il fasse noir. Des fois qu'un violeur traîne dans les parages !
- Oh, qu'est-ce que t'es bête quand tu t'y mets. Qui voudrait de vieilles biques comme nous ?"

J'ai aussi aimé ce livre parce que Patrice évoque avec beaucoup de tendresse et de sensibilité le quotidien de personnes âgées qui vivent dans le souvenir et dans l'espoir d'obtenir plus d'attention de la part de leurs proches. Parce que "nos vieux" ont tendance à cacher leurs sentiments et leurs émotions, ils disparaissent souvent sans avoir révélé ce qu'ils avaient sur leur coeur. Mais Rosa finira, elle, par parler grâce à Constance. Car, "T'as qu'à leur dire !", c'est aussi une très belle histoire d'amitié. Un livre de qualité donc et dont je ne peux que recommander la lecture.    

Plus d'infos sur l'auteur à l'adresse suivante : ttp://patrice-macel-ecrivain.fr/

Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 07:05

PIC 1379bisDernières photographies de Dijon, prises du haut de la Tour Philippe Le Bon où, après avoir monté les 316 marches, on a droit à une vue exceptionnelle.
L'édifice,  construit entre 1450 et 1460 par l'architecte Jean Poncelet, est haut de 46 mètres. Il était à l'origine une tour de guet, ensuite devenue une tour symbolique du pouvoir et de la puissance des ducs de Bourgogne et de l'Etat bourguignon.

La visite ne peut se faire qu'accompagné et à certaines heures en empruntant un escalier à vis qui mène à la terrasse surplombant la ville.
J'ai regretté de ne pas recevoir d'explications de la part du guide. Il s'est contenté d'attendre que notre groupe ait terminé d'admirer le panorama.

PIC 1349PIC 1364PIC 1350PIC 1353PIC 1372

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 06:39

Dijon compte 700 hectares de parcs et jardins publics, j'ai eu le temps de découvrir deux d'entre d'eux : Le jardin Darcy et L'Arquebuse.PIC 1336Le jardin Darcy comporte un remarquable choix d'essences : tilleuls argentés, érables planes, sycomores pourpres et negundo, sophora du Japon, oranger des Osages... Un imposant monument de style néo-renaissance  apporte fraîcheur et romantisme au lieu avec son bassin surmonté de terrasses à balustrades.PIC 1338A l'entrée du parc, on peut voir "L'ours blanc", une reproduction de l'oeuvre du sculpteur bourguignon  François Pompon, réalisée par son ami Henry Martinet en 1937.PIC 1403L'Arquebuse, qui abrite le Musée-Jardin des sciences, s'étend sur cinq hectares et demi dont deux sont consacrés au jardin botanique. On y cultive environ 3 500 espèces indigènes ou exotiques. PIC 1398PIC 1396PIC 1401PIC 1414

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 08:53

PIC 1325Notre périple en Bourgogne s'est achevé dans le département de la Côte d'Or, à Dijon, une ville au riche patrimoine.
Deux grandes périodes expliquent cette remarquable architecture : celle du règne des grands ducs de Bourgogne, de 1363 à 1477 et celle du transfert du Parlement de Bourgogne de Beaune à Dijon, en 1480.
Le centre ancien de Dijon a gardé un certain nombre de maisons médiévales typiques avec leur rez-de-chaussée à arcades en pierre et leurs étages à pans de bois.
PIC 1387
Les halles, inscrites à l'Inventaire des Monuments Historiques en 1975, couvrent 4 000 m2 et abritent quatre pavillons. Leur construction fut achevée en 1875. La disposition de la toiture est fortement inspirée de celles des halles centrales de Paris.  

PIC 1394A quelques centaines de mètres des halles se dresse Notre-Dame, une des plus célèbres églises gothiques de France.

PIC 1327

De nombreux autres édifices religieux jalonnent la ville tels que la somptueuse chapelle des Elus  construite sous Louis XV dans un style rocaille. Elle se trouve au sein du Palais des Ducs, bâtiment qui abrite aussi le musée des beaux arts. Actuellement en rénovation, il ne m'a pas été possible de voir le tombeau des Ducs mais j'ai tout de même pu admirer les pleurants du tombeau de Philippe le Hardi. PIC 1380PIC 1376PIC 1343Face au Palais des Ducs, la place de la Libération, où trônait jusqu'en 1792 une statue équestre de Louis XIV,  a été pensée pour sublimer le pouvoir du roi.    PIC 1377bis

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 06:46

Après les pivoines, voici venu le temps des hortensias, des fleurs que j'adore.PIC 1459

Repost 0
Published by Nadine Groenecke
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Nadine Groenecke
  • Le blog de Nadine Groenecke
  • : Littérature, voyages, sorties culturelles
  • Contact

Biographie

Je suis née le 29 septembre 1963 dans l'ouest de la France, à Le Mazeau, petit village niché au coeur du Marais poitevin. En 1984, je quitte la Vendée pour rejoindre mon futur mari, alors militaire à Etain dans la Meuse et, en septembre, j'obtiens un poste d'enseignante en gestion administrative au lycée de la Doctrine Chrétienne à Verdun (aujourd'hui lycée Sainte-Anne). Mon premier fils naît dans la "Cité de la Paix" en 1988. Après un séjour de trois ans en Allemagne, à Friedrichshafen, retour à Verdun en 1992 où je réintègre mon poste d'enseignante l'année suivante, le temps de mettre au monde mon deuxième fils. C'est en 2004 que je m'essaie à l'écriture, le virus ne m'a plus quittée depuis ; je signe mon premier contrat quatre ans plus tard avec les éditions belges Chloé des Lys.

Recherche

Avis de lecteurs

Trop-plein

N°1

N°2

N°3

N°4 

Sauvetages

N°1

N°2

N°3

N°4

Je ne suis qu'une oeuvre d'art

N°1

N°2

N°3

N°4

Points de vente

- Centre Leclerc de Verdun

- Site éditeur (prix le plus bas)

Attention ! La maison d'édition est fermée
durant les vacances scolaires (belges)

- Site : chapitre.com

- Site : le furet du nord

- Site : sauramps.com

- Site : librairie dialogues.fr

- Site : place des libraires

- Contact direct : nadine.groenecke@laposte.net