Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 12:29

classeBientôt vingt-neuf ans que j'exerce le métier d'enseignante. Un job tout aussi passionnant qu'usant. Passionnant parce qu'à chaque rentrée, c'est une nouvelle aventure qui commence avec des jeunes que l'on découvre, que l'on suit au quotidien et à qui l'on s'attache. Une aventure exaltante et enrichissante qui repose sur la transmission de connaissances, les échanges et le partage. Et puis, pas de place pour  l'ennui ! Du moins en ce qui me concerne puisque ma discipline  "Economie-Gestion" me permet d'enseigner plusieurs matières, dans des séries différentes et à des niveaux divers qui vont de la Seconde au BTS. J'apprécie aussi de pouvoir disposer d'une certaine liberté d'organisation pour mener à bien ma mission et j'aime  le travail d'équipe que requiert cette profession. Mais enseigner, aujourd'hui, c'est aussi être confronté à bien des difficultés...
Le métier est usant parce qu'il exige un déploiement d'énergie considérable, face à un public  souvent plus enclin aux bavardages ou à la consultation de ses SMS qu'à l'écoute et au travail. Alors le "prof" s'arme de patience, varie ses méthodes pédagogiques et s'adapte à la situation du moment. Chaque année scolaire qui débute est un nouveau défi à relever, une bataille engagée... une guerre d'usure. Certains d'entre nous, de plus en plus malheureusement, en sont les victimes. Mais le comportement des élèves n'est pas seul en cause.
A cet état de fait s'ajoutent des exigences professionnelles de plus en plus nombreuses depuis ces dernières années. Il faut transmettre des programmes souvent bien trop lourds et indigestes, réussir à les boucler coûte que coûte et subir des réformes régulières avec leur charge de travail supplémentaire. Réformes qui nécessitent des heures et des heures de préparation afin de s'approprier une longue série de chapitres de cours (lesquels n'ont souvent plus grand chose à voir avec les précédents) et afin de concevoir de nouveaux suppports de travail : exercices, devoirs, fiches, schémas, tableaux, diaporamas... Les week-ends et les vacances se transforment alors en travaux forcés car vous passez votre temps rivé sur la chaise de votre bureau, le nez dans les manuels et les yeux fixés sur l'écran de l'ordinateur.
Un travail titanesque que vous n'exploiterez peut-être, au bout du compte, que durant une seule année car qui sait de quoi demain sera fait ? A la prochaine rentrée scolaire, vous risquez de vous retrouver dépossédé de la ou les matières que vous avez ardemment et consciencieusement préparées des centaines d'heures durant, au profit d'une ou plusieurs autres que vous n'avez encore jamais enseignées...  Ne vous restera plus qu'à recommencer à vous  réinvestir corps et âme ! Mais qu'importe puisque vous allez pouvoir bénéficier d'une énième formation et que votre messagerie professionnelle déborde de mails dont le contenu vous orientera vers une foule de ressources. Alors, forcément, vous y trouverez de quoi alimenter un nouveau cours...
   

Partager cet article

Repost 0
Published by Nadine Groenecke - dans enseignement difficultés
commenter cet article

commentaires

raphael wade 08/03/2013 17:08

Oui, je confirme c'est un sujet qui inspire. L'on ne s'en rend compte que lorsqu'on s'y arrête... Pour les vacances, je vais me poser ce week end et redécouvrir les coins historiques de ma meuse
avec deux amis "parisiens". Je compte bien en profiter... Bon week end !!!

Nadine Groenecke 11/03/2013 19:11



J'espère que les Parisiens apprécieront !



Bonheur du Jour 22/02/2013 06:32

J'exerce aussi ce métier passionnant. Parfois, je me risque un conseil auprès des jeunes collègues : "Sachez qu'il faut aussi pouvoir durer...".
Bonne journée !

Nadine Groenecke 22/02/2013 20:09



Merci, Bonheur du jour, d'avoir déposé un petit message sur ce blog. Le vôtre est bien agréable à parcourir. Bon week-end.



Edmée De Xhavée 20/02/2013 08:45

Je me rends compte, en lisant justement les billets de blogs d'amis et amies qui enseignent, que c'est un apostolat tuant. J'ai enseigné aussi mais brièvement en Italie, je n'ai pas eu le temps de
me fatiguer :-)

Nadine Groenecke 20/02/2013 15:45



Et tu enseignais quoi ?



Philippe D 19/02/2013 21:08

Inutile de dire que je suis d'accord avec toi même si mon travail est sensiblement différent du tien.
Ce qui est sûr, c'est que c'est un job épuisant. Je me sens continuellement épuisé.
Nous n'avons qu'une semaine au carnaval. Je pense que vous en avez deux, c'est mieux pour récupérer. Mais comment se fait-il que vous ne soyez pas en congé pour le mardi gras?

Nadine Groenecke 20/02/2013 15:44



Le métier d'instit est tout aussi fatigant et prenant. Je ne sais pas si tu as encore le temps d'écrire, mais moi, depuis un an, je n'ai pas rédigé une seule ligne. En France, les vacances
scolaires sont échelonnées sur trois zones. Cette année, notre académie fait partie de la deuxième zone. Le fonctionnement est peut-être différent en Belgique ? 



J. Minguet 19/02/2013 11:47

Gérard Lauzier dans son film « le plus beau métier du monde » (1996) évoque avec truculence les fêlures et autres vagues à l’âme qui assaillent nos enseignants au gré des réformes et des
changements sociétaux. Bien que n’étant pas de cette partie de l’Education Nationale, j’ai depuis quelques temps la chance d’en être le témoin privilégié. J’ai balayé une fois pour toute mes
préjugés qui me faisaient considérer les dispensateurs du Savoir comme une corporation geignarde et revendicative. La grande part d’entre vous, contre vents et marées, contre désintérêt et parfois
mépris, continue de croire à sa mission et s’accroche à l’idée que « ce n’est pas en vain ». Je crois bon de rappeler ce que les enfants vous doivent à toi et à tes collègues, il me semble
nécessaire de traduire ce que je vois quotidiennement : un investissement quotidien, des professionnels enthousiasmants, des pédagogues concernés par leur mission. Alors, si ce n’est peut-être pas
« le plus beau métier du monde », si la charge est lourde, continuez d’être fiers de votre mission, vous lui faites honneur au travers de ceux que vous conduisez vers la connaissance.

Nadine Groenecke 20/02/2013 15:31



Tu ne peux pas savoir à quel point ton commentaire me touche Jacques ! Les critiques à l'égard de la profession d'enseignant sont tellement plus fréquentes que les éloges ! Tu
contribues toi aussi grandement à la réussite et à l'épanouissement des jeunes de ton établissement car tu mets tout en oeuvre pour les aider. Non seulement parce que tu as su tout
naturellement établir de bonnes relations avec les élèves, mais aussi parce que tu n'hésites pas à leur transmettre tes connaissances. Tu aurais fait un excellent enseignant ! Bises et bon
après-midi.



Jérôme MARTINET 17/02/2013 19:01

Je souscris entièrement à ce que tu as écrit même si je ne suis pas prof matière et donc pas confronté à la préparation de cours sur l'année.
Le métier de professeur documentaliste, que j'exerce, est très varié. Il me permet d'intervenir dans de nombreux domaines (recherche documentaire, lecture, écriture, presse, informatique, ...) et
d'être à l'origine de nombreux projets comme celui du conte dans le cadre de la liaison CM2/6ème.
Je me permettrais d'ajouter un point dont tu ne parles pas mais qui est pour moi important, c'est celui de la reconnaissance. Quid de la reconnaissance dans ce métier ?

Nadine Groenecke 20/02/2013 15:14



Le métier de professeur documentaliste requiert lui aussi un investissement considérable, je peux le dire en toute connaissance de cause puisque j'exerce aussi cette
fonction depuis plus d'un an. Tu as raison, nous l'avons d'ailleurs souligné en stage l'an passé, ce métier souffre d'une image négative et dévalorisante. Il est mal
considéré. En tout cas, moi, je suis très admirative de ton travail au sein de notre collège et j'espère que d'autres le sont aussi et te le feront savoir. Je te remercie aussi très sincèrement
de toute l'aide que tu apportes à la débutante que je suis. Bises.    



Présentation

  • : Le blog de Nadine Groenecke
  • Le blog de Nadine Groenecke
  • : Littérature, voyages, sorties culturelles
  • Contact

Biographie

Je suis née le 29 septembre 1963 dans l'ouest de la France, à Le Mazeau, petit village niché au coeur du Marais poitevin. En 1984, je quitte la Vendée pour rejoindre mon futur mari, alors militaire à Etain dans la Meuse et, en septembre, j'obtiens un poste d'enseignante en gestion administrative au lycée de la Doctrine Chrétienne à Verdun (aujourd'hui lycée Sainte-Anne). Mon premier fils naît dans la "Cité de la Paix" en 1988. Après un séjour de trois ans en Allemagne, à Friedrichshafen, retour à Verdun en 1992 où je réintègre mon poste d'enseignante l'année suivante, le temps de mettre au monde mon deuxième fils. C'est en 2004 que je m'essaie à l'écriture, le virus ne m'a plus quittée depuis ; je signe mon premier contrat quatre ans plus tard avec les éditions belges Chloé des Lys.

Recherche

Avis de lecteurs

Trop-plein

N°1

N°2

N°3

N°4 

Sauvetages

N°1

N°2

N°3

N°4

Je ne suis qu'une oeuvre d'art

N°1

N°2

N°3

N°4

Points de vente

- Centre Leclerc de Verdun

- Site éditeur (prix le plus bas)

Attention ! La maison d'édition est fermée
durant les vacances scolaires (belges)

- Site : chapitre.com

- Site : le furet du nord

- Site : sauramps.com

- Site : librairie dialogues.fr

- Site : place des libraires

- Contact direct : nadine.groenecke@laposte.net